Retour  la page d'accueil , le corbillard dont Renault avait honte... Monospaces

Le capot spécifique avec le logo PFG incrusté.

L"avant est bien celui d'une Renault Espace...

... mais l'arrière offre un agencement original.

Au Salon de l'Auto de Paris en 1994, une version de la Renault Espace dénommée Rivage, est présentée dans la quasi-indifférence. On pourrait presque la trouver séduisante, si ce n'était... un corbillard !

Réalisé spécifiquement à la demande des Pompes Funèbres Générales (PFG), le Rivage est utilisé pour la première fois pour le transport de la dépouille du Premier ministre Pierre Bérégovoy, Renault en a autorisé la fabrication à la condition que n'apparaisse aucun logo de la marque, le slogan de l'époque étant "Renault, des voitures à vivre"... Du coup, même si le losange figure sur le volant, et même si le nom du modèle est écrit à l'arrière de la même façon que les Espace, le nom du constructeur n'apparait pas sur l'extérieur du véhicule !

Extérieurement, le Rivage ressemble globalement à une Espace II avec de faux airs d'Espace première génération. Il se distingue toutefois très clairement de ses cousines "à vivre" par plusieurs détails caractéristiques :

  • le bouclier avant est totalement différent et spécifique à ce modèle ;
  • le capot, lui aussi de forme spécifique, est dépourvu du losange ;
  • en haut du capot, incrusté en cercle, figure le logo des PFG ;
  • tout le pourtour du pare-brise, au lieu d'être couleur carrosserie, est peint en gris ;
  • la vitre du hayon est considérablement agrandie ;
  • la plaque d'immatriculation arrière se trouve décalée sur le côté inférieur gauche du hayon ;
  • les portes arrière sont inexistantes, remplacées par de hautes vitres qui se prolongent jusqu'à l'arrière ;
  • une cornière de toit retombe en partie le haut des vitres latérales comme une sorte de becquet stylisé ;
  • le toit semble de ce fait tomber en biseau vers le hayon ;
  • les vitres latérales et la vitre du hayon sont striées de lignes blanches dans leur partie haute ;
  • sur tout le pourtour, des baguettes chromées habillent le véhicule.

A l'intérieur, seuls demeurent les deux sièges avant, tout l'arrière étant remplacé par un plancher intégral muni de glissières. Huit strapontins peuvent être déployés de part et d'autre du cercueil. Des rideaux gris peuvent obturer les vitres si nécessaire.

Combien d'Espace furent-ils ainsi transformés ? Difficile à dire. La modification semble avoir été faite par Heuliez dans un premier temps, mais les exemplaires vus en circulation portent le logo Gruau. C'est de toute façon un modèle rare, produit au moins jusqu'en 1997, et remplacé depuis par des versions funéraires des Espace III puis IV. Un exemplaire a récemment été vu en vente sur internet, tandis qu'un autre était utilisé par une entreprise de pompes funèbres polonaise. La configuration typique semble avoir été celle d'une version à moteur 2.2 litres essence et boite manuelle.

visitez le site officiel du groupe Gruau
Ci-contre :
basé sur l'Espace III,
le Gruau Rivage 3
n'aura plus peur
d'afficher son losange
et gagnera en
porte à faux arrière.

 

On voit bien ici la taille des vitres latérales.

La vitre du hayon est agrandie et arrondie.

Une écriture du nom qui prouve l'origine Renault.